Sur les chemins de l’inclusion…

(Re-)Découvrir et discuter les représentations télévisuelles du handicap et de l’invalidité.

 

Projet réalisé au sein de l’Institut des sciences du sport (ISSUL/SSP), Faculté des sciences sociales et politiques

Université de Lausanne

Par Anne Marcellini, Professeure associée ; Alexandra Tilman, Chercheuse FNS Senior ; Justine Scheidegger, Doctorante ; Robin Guyot, Doctorant

 

Résumé

 

Découvrir les films contenus dans les archives numérisées de la télévision suisse romande est une expérience fascinante, qui agit comme un rappel ou un dévoilement d’une histoire collective dont des pans entiers ont pu être ignorés, ou oubliés. Notre recherche sur ce fonds d’archives, en lien avec le service Documentation et Archives de la RTS, permet de mettre au jour les discours et les messages sur le handicap et l’invalidité qu’il contient (programme FNS HAndiRTSArchives n°10001A_184972). Les représentations sociales de la population à l’égard des personnes assignées à la catégorie du handicap ou de l’invalidité sont souvent stigmatisantes. Nos analyses de ces archives télévisuelles montrent comment les discours médiatiques conjuguent les représentations collectives du handicap et de l’invalidité avec des messages qui vont les renforcer, les conforter, ou bien les interroger ou les déstabiliser partiellement voire parfois les retourner, les renverser entièrement.  

Dans le contexte de la mise en œuvre en Suisse de la « Convention relative aux Droits des Personnes Handicapées » (CDPH, ONU, 2006), nous proposons de relire l’histoire des représentations télévisuelles du handicap et de l’invalidité au travers de ces images, comme une matière propre à faire repenser collectivement et discuter ensemble les rapports sociaux entre les personnes dites handicapées et les autres. En ratifiant la Convention en 2014, la Suisse s'engage à promouvoir une société inclusive, ce qui implique une transformation de notre environnement social, un regard collectif critique à l’égard des discours médiatiques, pour comprendre et transformer les systèmes de définition et de représentation des personnes qui vivent avec des in/capacités.

Ainsi, dans une perspective participative et inclusive, ce projet AGORA vise à créer un espace d’expression et de débat qui ouvre à la connaissance de la diversité des représentations, des positions, des discours et des controverses relatives à la place sociale des personnes dites handicapées en Suisse romande. Il doit permettre les rencontres, la découverte collective de ces archives, des discussions sur les façons de prendre en compte et de parler des différences et des in/capacités, ces débats ouvrant à de nouvelles façons de penser collectivement une société inclusive.

Pour cela, des membres de la société civile sont invités à prendre part à un projet multimédia innovant, qui utilise Internet et le cinéma comme des outils participatifs. Ce seront des personnes impliquées à différentes époques dans les archives visionnées (journalistes, réalisateurs, producteurs, personnes interviewées ou filmées etc…), des personnes concernées par une déficience ou un in/capacité, et leurs proches (familles, amis, aidants, enseignants…), des acteurs et actrices associatifs, des professionnel·le·s du monde du handicap, mais aussi des élèves, apprenti·e·s et étudiant·e·s en formation. 

Dans la première étape du projet AGORA, les personnes seront invitées à participer à des workshops inclusifs filmés lors desquels ils découvriront des sélections d’archives réalisées par les chercheurs, et sur lesquelles ils débattront.  La seconde étape combine deux productions complémentaires et synergiques que sont (a) un documentaire cinématographique, (b) une plateforme transmédia participative. Cette étape de production, participative et inclusive, implique des professionnel·le·s du cinéma et des plateformes numériques, les chercheurs et chercheuses et les participants aux workshops. Elle vise à stimuler l’agentivité en engageant les participant·e·s au projet à donner leur avis et à contribuer à la construction de ces productions. Ces deux productions utiliseront à la fois des résultats de la recherche menée sur le fonds d’archives, des documents d’archives audiovisuels et les captations des workshops. L’étape finale du projet (septembre2023-avril 2024) présentera le film et la plateforme transmédia dans des séquences de médiation avec des élèves en scolarité post-obligatoire et des acteurs et actrices associatifs, ainsi que dans des séquences de formation. Elle permettra de partager les résultats du projet de recherche en promouvant de nouveaux dialogues participatifs sur la place sociale des personnes dites handicapées et les chemins à suivre pour construire une société plus inclusive.